Fédérale 1 : Quand Dugradus sort ses gladiateurs ! 

Sous le soleil ardéchois, l’un des quarts de finale aller en Fédérale 1 opposait Aubenas à Aix en Provence. Au Stade Georges Marquand, plus de 4000 spectateurs étaient présents. Un match sous tension, finalement remporté 19-17 à domicile par Aubenas.

Prise de température

A quelques minutes du coup d’envoi, les joueurs des deux équipes retrouvent les vestiaires après l’échauffement. Le stade Georges Marquand est déjà en ébullition. Le public d’Aubenas est au rendez-vous pour soutenir les Jaunes et Bleus. Place au rituel lors des grandes confrontations : les joueurs de Marc Raynaud traversent la foule de supporters entre la main courante et la tribune. Tapes dans le dos, encouragements et frissons, la montée d’adrénaline est assurée ! Thierry Lacroix, ancien international du XV de France aux 43 sélections, a fait le déplacement. Au bord du terrain, les porteurs d’eau sont prêts. Il fait une chaleur d’un mois d’été.

Le film du match

Le coup d’envoi de ce quart de final aller est donné par l’arbitre Vincent Blasco Baque. 

Première mi-temps, Aix en Provence dit « Le Parc » fait une belle entame de match. Les Aixois ont une défense bien placée empêchant les Ardéchois de construire leur jeu. Deux essais sont inscrits. A la vingtième minute de jeu, les joueurs de Christian Labit trouvent une brèche et filent dans l’en-but ardéchois. L’action est contestée par le public. Un en-avant est commis, l’arbitre de touche ne voit rien. Essai accordé et transformé.

Dernière action de la première période, essai de nouveau pour les Aixois sur une interception. Coup de massue pour le RCAV (Rugby Club Aubenas Vals) qui est mené 17-3. Pourtant les Jaunes et Bleus ne manquent pas d’envie d’aller au combat. Ils gagnent plusieurs mêlées. Ils savent comment défier les Aixois : les user devant et ne laisser aucun espace pour les ailiers. Une tactique à adopter s’ils veulent gagner ce match.

Au retour des vestiaires, Aubenas est remonté à bloc. Il reste 40 minutes à jouer, tout est possible. Les Castagnols, supporters du RCAV, animent de nouveau le stade. 

Le match prend une autre tournure. Dans cette seconde période, Aubenas revient au score avec les pénalités réussies du buteur Jérémy Bourlon (46’ /50’) : 9-17. C’est alors que les Aixois commencent à douter. Sur le bord de touche, l’entraîneur Christian Labit semble de plus en plus nerveux. Les trois quarts du Parc sont dangereux à quelques reprises mais rien n’y fait. Les Ardéchois ne lâchent rien. La mêlée jaune et bleue résiste et domine la mêlée noire. 65ème minute de jeu, sur un ballon récupéré, le demi-d’ouverture d’Aubenas Bourlon trouve une superbe touche à 5 mètres de l’en-but Aixois. Suite à celle-ci, les Aixois jouent rapidement et commettent un en-avant sous la pression d’Aubenas. C’est le tournant du match. Le public ardéchois s’enflamme ! Sur la mêlée, les avants Jaunes et Bleus écrasent leur adversaire et vont à l’essai. Aubenas revient à un point d’Aix en Provence 16-17. 

Jérémy Bourlon, demi d’ouverture et buteur du RCAV.

A trois minutes de la fin du match, l’arbitre siffle une pénalité pour Aubenas. A 45 mètres en coin, le deuxième buteur ardéchois Mantovani transforme la pénalité de la gagne ! C’est l’euphorie totale à Dugradus (entre du rugby ardéchois). Aubenas mène pour la première fois dans ce match 19-17 et décroche la victoire à domicile. 

Désillusion et douche froide pour les Aixois qui pensaient gagner ce match. Aubenas, soulagé, a su contrer l’ancien club de Pro D2 en inscrivant 16 points à 0 en seconde période ! Et devant un public aussi fervent (certainement le meilleur de Fédérale 1), ce club de rugby au petit bugdet a démontré ses ambitions énormes. La saison dernière, Aubenas s’était arrêté en quart de finale en perdant ses deux matches contre Montauban. Aujourd’hui, le scénario peut être écrit différemment. 

Pour le public du RCAV, dont Patrick Maet (grand supporter depuis 30 ans qui a connu la descente d’Aubenas en Fédérale 1), il rêve que son club dispute à nouveau une finale. Il vit rugby car le RCAV est avant tout une histoire humaine. Comme il se le dit, les larmes aux yeux :  Après ça, je pourrai mourir tranquille ». 

Quart de finale retour Aix en Provence – Aubenas dimanche 17 mai 2015 à 15h00